Radu Lupu - Complete Decca Solo Recordings - Lupu 4782340

. . . perfectionism in detail combined with a musical imagination that delivers, and an invariable grasp of where the music is going. Lupu is a supremely polished artist . . . Lupu's Beethoven is quietly assertive and fine-tuned without ever sounding percussive, the Moonlight in particular well worth revisiting, the C minor Variations a mini-compendium of the various colouristic effects that Lupu is capable of. What a touch this man has! [In the Schumann] Lupu gives the impression of someone who had been thinking of the music long before playing it, so that every quaver has its place, every nuance its designated effect. And yet the end results rarely sound calculated, such is the depth and persuasiveness of Lupu's musicianship.

Un Beethoven parfaitement souverain et d'une indiscutable autorité, des interprétations de Schubert qui subjuguent à la fois par leur profondeur et par leur naturel. Un Brahms de haute stature et du Schumann qui, tout personnel qui l'est dans sa douceur et sa poésie, a sa place justement à cause de ces qualités.

Une odyssée d'une perfection absolue, ouvragée avec un soin et des phrasés à pleurer (Schubert, Beethoven). Respirations, intelligence rythmique, architecture, pianissimi suggestifs, voile poétique et onirique d'un jeu parmi les plus captivants. Même affinité pour la Sonate de Brahms ou l'activité flottante, enivrante de ses Schumann. Réalisation majeure.

. . . un des astres comme la galaxie pianistique en a peu rencontré . . . Aujourd'hui, Lupu s'attache plus que jamais à dépouiller les chefs-d¿¿uvre des stratifications de mauvaises habitudes qui s'y sont déposées. Et à nous les rendre avec une absence de sophistication, une nudité, une vérité, une proximité bouleversantes . . . il donne vie à la musique comme nul autre ne sait le faire . . . Alors régalons-nous, et chérissons ce coffret de fin du monde, discographiquement décadent, mais musicalement exaltant!