BRITTEN War Requiem / 2013 HD Remaster 4785433

This recording is one of the greatest achievements of the classical recording world . . . Now in this new hi-res remastering package it will have a new life with collectors around the world.

. . . [none] is as authoritative, nor as electrifying, nor as creative in the use of stereo and space as Britten's own 1963 recording (Decca) . . . re-released in a special edition that includes a fresh, spacious-sounding transfer on a Blu-ray audio disc and a rehearsal disc along with the regular CD. It set a daunting example for the recordings that came afterward, particularly for sopranos who try to channel Galina Vishnevskaya's shrill fervor, or tenors who emulate Peter Pears' diction. The rehearsal disc is invaluable not only for its insights straight from the composer's mouth, but also for proof that Britten knew how to rehearse.

L'acuité linguistique et l'articulation naturelle des deux chanteurs requis, Dietrich Fischer Dieskau et le compagnon de Britten, l'incontournable Peter Pears apportent cet éclairage poétique en réussissant la projection idéal du texte ; à l'évocation des sacrifices commis au nom d'une barbarie jamais éteinte ; dans l'apologie suprême d'une fraternité qui relie chaque combattant à son ennemi déclaré . . . au-delà des mots, les images et les formules imprécatoires et poétiques renouent avec cette méditation bouleversante qui remonte aux oratorios de Haendel. La richesse du texte en gagne une vérité qui touche directement et souligne ce génie universel avec lequel Britten aborde le thème de la guerre et des frères sacrifiés au nom d'une aberration vivace. La voix de la soprano Galina Vishnevskaya apporte elle aussi ce tremblement humain qui palpite et vibre au diapason d'une humanité promise à la grâce finale, libérée de cette malédiction guerrière . . . Les trois choeurs complémentaires ajoutent à la prière d'une humanité en quête de fraternité. La direction de l'auteur d'une fragilité émotionnelle manifeste . . . ajoute à la totale réussite de cette lecture qui prend valeur d'autographe. On savait Britten grand chef (son Faust de Schumann par exemple, également chez Decca en témoigne), son "War Requiem" dévoile aussi quel magnifique interprète de lui-même, il a su être.